NATALIA

NATALIA


"Faux-semblants" est le premier single de NATALIA ...


Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?
J’ai 30 ans et cela fait 2 ans que j’évolue dans le monde du transformisme et du Drag à Paris. J’ai commencé comme animatrice de soirées au Banana Café et j’ai sorti il y a quelques semaines mon premier single « Faux-Semblants ».


La chanson a-t-elle toujours été une passion pour toi ?
Absolument pas ! Ce n’était pas prévu du tout et je dois même dire que je n’avais jamais chanté de ma vie. DJ Esteban avait un son et il m’a proposé de poser ma voix dessus pour voir ce que cela pouvait donner. J’ai testé pour le plaisir et cela s’est très bien passé. Ce premier titre est une grande fierté. Grâce à « Faux-Semblants », j’ai découvert une autre facette de moi que je ne connaissais pas et c’est un plus dans le milieu du Drag.


Comment as-tu rencontré Fabien Scarlakens alias DJ Esteban qui a composé ton premier single ?
Nous nous sommes rencontrés au Banana Café. DJ Esteban m’a épaulé, il m’a permis de progresser et d’évoluer dans mon personnage.

Qu’as-tu aimé dans « Faux-Semblants » ?
Tout d’abord, le titre lui-même qui me correspond car on parle beaucoup de faux-semblants dans le milieu de la nuit. On doit faire attention aux personnes que l’on peut croiser dans ce milieu-là car beaucoup jouent un double jeu. Par ailleurs, j’ai aimé la rythmique. Je voulais quelque chose d’un peu Pop et Dance qui reste en tête et pour le coup, c’est vraiment une réussite à ce niveau-là.

Qu’aimerais-tu développer musicalement parlant à l’avenir ?
J’aimerais vraiment voir ce dont je suis capable dans le chant. « Faux-Semblants » est plus parlé mais mélodieux et j’aimerais plus me pousser vocalement à l’avenir.

Présentes-tu déjà « Faux-Semblants » en live ?
Oui, je l’ai présenté pour la première fois au Sly Bar qui propose des soirées en scène-ouverte. J’ai pu tester mon morceau en live et voir les réactions. « Faux-Semblants » a énormément plu. J’ai pu chanter mon titre également à L’Abracadabar, à L’Artishow et à El Hombre.


Peux-tu nous présenter tes influences musicales ?
J’en ai énormément. J’ai fait un bac technique des métiers de la musique et j’ai donc une connaissance assez large des différents styles musicaux. A vrai dire, j’aime bien piocher à droit à gauche. Je n’aime pas un style à proprement parlé. Je peux tout aussi bien écouter de la variété française, de la Pop, du lyrique, de la Dance que de la musique du monde.

Quel serait ton plus beau souvenir artistique ?
Ce serait sûrement d’avoir présenté mon single à L'Artishow. Peu de temps auparavant, j’y avais assisté à un spectacle et je m’étais dit qu’un jour, je serais peut-être moi aussi sur cette scène afin de présenter un numéro. Récemment, j’ai participé à Talent Capital et j’ai eu la chance que mes parents viennent me voir pour découvrir mon univers qu’ils n’avaient jamais vu de visu. C’est un très beau souvenir également.


Que mettrais-tu en avant chez Natalia ?
C’est un personnage qui est toujours dans la générosité et dans l’attentionnel avec les autres personnes. Je prends le temps de discuter avec les gens qui ont envie de me découvrir et je suis toujours à l’écoute. Natalia est attachante, sexy, glamour et très douce.


Te verrais-tu écrire tes morceaux à l’avenir ?
Pour le moment, non, je n’ai pas encore cette fibre-là ; Esteban le fait très bien pour moi ! Comme c’est tout nouveau, je me laisse guider mais nous échangeons toujours ensemble.

Quels sont tes prochains projets ?
Le clip de « Faux-Semblants » arrive bientôt et nous travaillons sur un second titre. En dehors de la musique, j’ai un projet de chroniqueuse à la télévision et je vais participer à l’émission Burger Quizpour défendre une association. Une exposition sur l’acceptation des personnes Trans, Drag, Transformistes sur Paris avec un grand photographe Américain est prévue également. Je vais me produire durant la Gay Pride comme égérie d’El Hombre. Le 27 avril, je fêterai mon anniversaire en animant une soirée sur le thème des divas à El Hombre. « Faux-Semblants » sortira prochainement en digital mais pour l’instant, on peut le trouver en physique chez Lucky Records, au bar El Hombre, sur Rakuten ou en mains propres.


0 0
Feed