YAYA YAOVI

YAYA YAOVI


« Quand les chats ne sont pas là, les souris dansent ». 


Du pur YAYA sans filtre sur une rythmique implacable, une basse d'une efficacité redoutable sur une batterie bien posée, comme les pas d'une grande révolution en marche. Boom !! 

C'est terrible !!!

« Adjaka » est un petit avant-gout de l'album plein de surprises qui sortira début 2020.

Afin de produire un son de grande qualité, YAYA YAOVI s'est entouré de la crème des musiciens jamaïquains :
Owen « Dreadie » Reid, basse, guitare, percussion, Aston Barrett Junior, batterie, clavier, percussion, Earl « Chinna » Smith, guitare, Bongo Herman, percussion, Abidan Campbell, Nyabinghi bass drum. L'enregistrement a été réalisé par Mondezs et Roland ; le mix réalisé par le grand Errol Brown. Le tout sous la bienveillante supervision d'Aston Barrett « Familyman ».

Un titre qui à coups sûrs marquera les esprits tout en annonçant un nouvel album de YAYA YAOVI percutant et revendicateur ! A suivre...

Yaya Yaovi AZ est né en Afrique. Son histoire, sa culture et son inspiration le poussent très jeune à découvrir le monde : Il prend la route et traverse seul le Sahara pour rejoindre l'Europe.

A Paris, après des études de Droit, il s'interroge : « Comment apporter un peu de justice dans ce système ». Le métier d'avocat et les outils dont il dispose lui semble trop limité : Le Reggae s'impose de lui-même.

1980 - YAYA YAOVI sort son premier album « RELEASE TIME » qui connaitra un véritable succès en France et en Afrique.

Après une tournée mémorable en Europe et en Afrique, Yaya décide de partir en Jamaïque avec ses musiciens pour y rencontrer Bob Marley et continuer le travail avec lui. Malheureusement Bob Marley disparait au mois de Mai.

Yaya décide de maintenir le voyage et part à Kingston avec son groupe pour y enregistrer son deuxième album « STOP THAT TRAIN » qui sortira en 1983.

Le succès est unanime y compris dans la presse : « Du reggae dans la grande tradition, YAYA AZ le Rastaman chante la lutte, l'espoir et l'amour entre les peuples, ça roule bien, c'est très sobre. Aux percussions, Harry T, le percussionniste de Jimmy Cliff et Alvin Haughton, celui de Rita Marley, dont il faut noter la participation ainsi que celle des choristes de « Light of Love ». C'est très Roots, l'Afrique est là partout, de sa chaleur et de ses couleurs. » Magazine ACTUEL.

C'est en 1997 que Yaya sort son album « SEED ». Toujours porteur du message du Rastaman, cet album 'Seed' conçu en collaboration avec Aston « Familyman » Barrett, bassiste de
Bob Marley et enregistré au studio Tuff Gong confirme le lien permanent Afrique Jamaïque.

Au cours des années 2000, Yaya Yaovi n'a jamais cessé de développer ses activités notamment au cœur de l'Afrique en y construisant un lieu magnifique , le « YY BASE », qui a vocation de centre culturel avec une scène équipée et un studio d'enregistrement ainsi qu'un café lieu d'exposition gratuite et de conférence.

Yaya Yaovi est l'un ceux qui maintient l'Afrique vivante par son action socio culturelle mais aussi économique grâce à la production de Tee Shirts qui sont un véritable succès à l'international.

Avec l'association ICOM ces t-shirts à l'effigie des grands militants Africains font travailler les artisans de Cotonou et s'inscrivent dans une démarche globale éthique.

2019 - Enregistré en Jamaïque, le nouveau titre « Adjaka » extrait d'un album à venir est en prise directe avec la réalité quotidienne où l'on est forcé de se battre contre la corruption généralisée qui gangrène la
société.



0 0
Feed